Interview de Claire Bélisle, à propos du dossier Photolangage® pour Medicaline-santé

Claire Belisle

Claire Belisle

Bonjour Claire Bélisle, pourriez-vous vous présenter et nous parler de la méthode Photolangage® ?

Ayant une longue expérience de recherche et de pratique en formation de jeunes et d’adultes, je suis actuellement consultante en formation et recherche en environnement numérique. Je suis co-créatrice de la méthode Photolangage®, qui est à la fois une collection de photographies et une méthode pour communiquer en groupe avec ces photographies. Actuellement publié à la Chronique Sociale, c’est un outil de formation et d’animation, mettant en œuvre une méthode de travail en groupe et intégrant la photographie comme support de communication.
La formation ou l’animation que  cet outil facilite sont donc basées sur un véritable travail de groupe lui-même articulé avec une réflexion personnelle de chacun des membres du groupe. L’émergence des représentations est facilitée par un matériel photographique sélectionné sa capacité à faire penser. La méthode vise une appropriation par chacun de sa propre expérience et la communication de certains aspects choisis aux membres du groupe. La méthode de travail s’appuie à la fois sur les théories sociocognitives de la représentation et de l’image mentale et sur l’analyse psychosociologique du fonctionnement des groupes. Cet outil de formation et d’animation favorise chez les participants du groupe une meilleure conscience de leurs représentations et de leurs expériences, en vue d’un positionnement personnel et social plus éclairé et plus intégré.

Quel est le lien entre la méthode Photolangage® et la nutrition ?

Ce dossier Photolangage® Jeunes et Alimentation part de l’hypothèse qu’un travail organisé de réflexion et de discussion en groupe sur leurs pratiques alimentaires est indispensable pour permettre aux jeunes de se construire des repères et de faire des choix alimentaires éclairés par des repères fondés et explicites, afin de devenir plus libres et responsables de leurs pratique alimentaires.
Il y a eu d’importantes campagnes ces dernières années visant à informer les jeunes sur les composants d’une alimentation saine. Mais les déséquilibres nutritionnels que vivent de nombreux jeunes ne sont pas liés simplement à un manque d’information, mais résultent pour beaucoup de la nouveauté des situations qu’ils vivent. Car la mixité sociale et culturelle grandissante bouscule les pratiques familiales, les interdits alimentaires et les différentes traditions culinaires. Entre gaspillage et famine, obésité et anorexie, et autres problèmes liés aux choix alimentaires, les jeunes découvrent la nécessité de repenser leur rapport à l’alimentation. Avec en toile de fond, l’augmentation alarmante de l’obésité devenue un problème incontournable de nos sociétés. En complément des politiques de prévention basées sur l’information et les actions sur l’environnement alimentaire, il est proposé ici aux adolescents de devenir acteurs de pratiques alimentaires basées sur le plaisir, le partage et la culture familiale.
Aussi ce dossier n’est pas un dossier d’information sur les bonnes pratiques alimentaires ou sur la nutrition saine. C’est d’abord un outil qui permet d’explorer avec les jeunes leur rapport à l’alimentation, de l’enrichir et de les aider à se construire lors des décisions alimentaires qu’ils ont à prendre.

Cette méthode peut-elle aider les adolescents à mieux s’alimenter ?

C’est bien là un des buts visés par ce travail. Pour comprendre ce qu’ils peuvent améliorer et pour repenser leurs pratiques alimentaires, il est important que les jeunes puissent en discuter avec d’autres personnes. Photolangage®, en demandant à chacun de s’exprimer à partir d’un choix personnel de photographies, va faciliter la prise de parole par chacun, l’écoute et les échanges.
Cette méthode peut ainsi aider les adolescents à être davantage conscients des choix qu’ils sont amenés à faire. C’est en réfléchissant sur leurs comportements alimentaires au regard des photographies et de la tâche proposée que les jeunes peuvent prendre conscience des images qui les habitent, des représentations qu’ils se sont forgées du plaisir alimentaire, de leurs goûts, de leurs habitudes, de leur corps. Il s’agit pour chaque jeune de prendre la mesure de ce qui concourt au développement ou au maintien de son bien-être physique, psychologique et social et de mettre en place des repères qui vont lui permettre de faire des choix correspondant à une pratique alimentaire saine, équilibrée et la plus agréable possible.

A t-elle fait ses preuves en matière de bien -être, de santé et de nutrition auprès de ceux qui en bénéficient ?

La méthode Photolangage®, créée à la fin des années 1960, a permis à de nombreux animateurs et formateurs de faire travailler des groupes de jeunes et d’adultes sur de nombreux thèmes, selon les différents dossiers déjà produits. Le dossier « Jeunes et alimentation » a été mis en œuvre, avant sa publication, auprès de publics jeunes avec recueil d’information afin de vérifier la pertinence du choix des photographies et des tâches proposées. Les résultats ont mis en évidence la capacité de cette méthode à faciliter la prise de conscience, et la réflexion sur, des questions importantes pour les choix alimentaires, et à organiser des échanges en profondeur.

Avez-vous des projets d’écritures afin d’expliquer cette méthode au grand public ?

Photolangage® est une méthode destinée à des professionnels très divers d’associations et d’institutions intervenant auprès de jeunes et travaillant ou souhaitant travailler sur la question de l’alimentation : éducateurs, animateurs, formateurs, infirmiers, médecins, nutritionnistes, diététiciens… La condition importante est d’avoir déjà une expérience affirmée en animation de groupes ou de se former pour cela.
Pour utiliser cet outil, l’animateur-intervenant doit se familiariser avec les photographies et la méthode, choisir, parmi les éléments proposés, un objectif pour le groupe et une tâche capable d’intéresser le groupe et lui permettre d’atteindre l’objectif fixé.
Par ailleurs, un livret qui accompagne les photographies, explique très clairement les objectifs qu’il est possible de travailler. La méthode fait aussi objet d’une présentation très complète du déroulement concret des activités avec les jeunes.

Pour finir Claire Bélisle, quel serait votre mot de la fin à nos lecteurs ?

En favorisant l’émergence des représentations, l’explicitation des expériences personnelles par la prise de parole, et l’approfondissement du thème au cours d’un travail de groupe, cet outil facilite la prise de conscience de chacun et rend possible une mobilisation plus grande, une évolution des positionnements personnels liés aux comportements alimentaires et la construction par chacun de repères indispensables pour une pratique alimentaire équilibrée et épanouissante
Pour comprendre et repenser leurs pratiques alimentaires, il est important que les jeunes puissent en discuter avec d’autres personnes. Photolangage®, en demandant à chacun de s’exprimer à partir d’un choix personnel de photographies, va faciliter la prise de parole par chacun.
L’adolescence est une période où l’individu doit repenser l’ensemble de ses repères. Le travail porte ici sur le rapport à l’alimentation en prenant en compte les différentes dimensions, affective, sociale, cognitive, économique et culturelle de ce rapport, pour lesquelles une éducation des jeunes est possible et souhaitable. Le défi pour chacun est ici d’apprendre à penser sa pratique alimentaire et de développer un rapport aux aliments qui intègre ces différentes dimensions. Il s’agit pour chaque jeune de prendre la mesure de ce qui concourt au développement ou au maintien de son bien-être physique, psychologique et social et de mettre en place des repères qui vont lui permettre de faire des choix correspondant à une pratique alimentaire saine, équilibrée et la plus agréable possible.

Propos recueillis par Laurent Amar